Voilà voilà la suite et fin !
Dernier jour dans cette île.
Nous voulions louer une voiture, pour explorer ce bout de corail dans tous ces recoins, mais elles sont toutes prises. Qu'à cela ne tienne, nous ferons "du pouce" !
A peine sorti de l'hôtel, une voiture nous prend ! A son bord, un père de famille, peintre et ses deux filles. Pendant qu'Hugues converse avec le chauffeur, je m'occupe du bébé de 9 mois et discute avec la fillette, qui nous avait reconnus, car croisés deux jours avant sur la route !
Ils nous déposent à Fayaoué, au centre de l'île. Nous continuons notre route, toujours émerveillés par la couleur de l'eau !
DSC_0626 DSC_0621 DSC_0660
DSC_0637 DSC_0655 DSC_0651
DSC_0653 DSC_0665 DSC_0674
Nous avançons un peu le long du lagon...une voiture arrive (elles ne sont pas nombreuses !)...le pouce se lève et le véhicule s'arrête ! C'est un employé de l'hôtel : un ancien instituteur d'Ouvéa qui travaille maintenant pour le Paradis ! !!!
Il nous dépose au "wharf" et part chercher la commande apporté par le bateau hebdomadaire.
DSC_0639 DSC_0647
Nous continuons notre chemin, le soleil darde sur le goudron. Les cases mélanésienne flirtent avec la plage et le lagon.
DSC_0636 DSC_0633
DSC_0646 DSC_0638
La route quitte la plage pour l'intérieur des terres. A travers la végétation luxuriante se dressent des rochers de coraux noirs. Le col "du Casse-Cou" est la prochaine étape : pas trop envie de faire de la grimpette avec cette chaleur !
Un bruit de voiture, le pouce qui se lève et nous voilà dans un beau 4x4 climatisé. Le conducteur n'est autre que le maire d'Ouvéa ! Nous discutons donc de l'aspect plus "officiel" de l'île.
La route est en bon état, car récemment refaite, et les maisons "en dur" sont une volonté du Gouvernement pour les personnes âgées. En effet, il n'y a pas de cheminée dans les cases mélanésiennes, et le feu y est allumé tous les jours. Les poumons des habitants s'encrassent vite et la population âgée souffre de pneumopathie. D'où l'idée de ces maisons ...mais il est difficile de changer les habitudes...
Le maire nous lâche devant sa mairie. Nous sommes rapidement embarqués dans le pick-up d'un vieux monsieur : le diacre protestant de la tribu de Gosshana au nord de l'île.
DSC_0644 DSC_0657
Nous voilà arrivé au bout de l'île, tout au Nord. Nous achetons de quoi déjeuner à l'épicerie du village : du pâté, une miche de pain toute chaude et quelques fruits. Puis nous continuons à pied sur un chemin de sable. Notre but étant d'aller voir "la passe aux requins".
DSC_0667 DSC_0677 DSC_0676
Alors que nous nous battons contre des hordes de moustiques affamés, nous sommes rejoints par Antoine sur son scooter. C'est lui le guide pour la passe. Mais nous ne ferons pas la balade de trois heures avec lui, car le temps nous est compté. Nous discutons et le laissons au milieu de l'eau avec son épervier ( le filet de pêche traditionnel)...et les requins !
DSC_0671 DSC_0680
DSC_0683 DSC_0691 DSC_0728
DSC_0681 DSC_0692
Aux deux extrémités de l'île, des bouts de "terre" sortent de la mer et forment "les Pliéades". Et c'est dans la passe de l'une d'elle que logent de nombreux requins. Lorsque la lagune se remplit ou se vide au rythme des marées, l'eau transporte de nombreux poissons venus pondre dans l'eau calme. Les squales partent alors à la chasse...et nous de même...
DSC_0702 DSC_0695
DSC_0699 DSC_0700
DSC_0710 DSC_0732
La marche dans le sable blanc et chaud, cela creuse. Un petit coin d'ombre entre deux arbres morts. La marée descend. Nous avons donc un peu de place pour déguster nos sandwichs au pâté !
DSC_0722
Nous devons retourner dans le sud, vers l'aéroport qui nous transportera jusqu'à la ville et le bruit....
Mais c'est le début de l'après-midi, l'heure de la sieste...pas grand monde en vue.
Un pick-up s'arrête, nous montons dans la benne déjà occupée par deux enfants.
DSC_0740 DSC_0745
DSC_0742 DSC_0735 DSC_0743
Un sac de voyage nous laisse deviner qu'ils vont jusqu'à l'aéroport ! Mais nous les quitterons avant, car nous voulons une dernière fois nous baigner dans le lagon.
Une ultime voiture nous conduira directement à nos bagages transportées par la navette de l'hôtel.
Dans la file d'attente, nous retrouvons les enfants et leur grand-père, qui nous confiera son petit-fils. Ce dernier part rejoindre sa mère à Nouméa pour la semaine de vacances de la Toussaint.
J'ai aimé "faire du stop", car c'est un excellent moyen de mieux connaître la population d'ici qui vit au ralenti et "hors du temps".
Nous avons sans doute visité cette île dans les meilleures conditions : pas de bateau de croisière déversant sa centaine de passagers, et un beau soleil.
L'arrivée sur Nouméa s'est faite avec le soleil couchant, juste au-dessous des nuages...
DSC_0747 DSC_0750
Nous retournerons dans cette île...c'est sûr !