C'est le premier très gros de l'année. Il y en a bien eu quelques uns, mais ils n'étaient pas pour nous. Plus dans les terres.
Mais celui-ci est arrivé droit devant dans notre direction. On aurait dit un ciel de film catastrophe américain, genre "le Jour d'Après).

DSC_3230-2

Au fur et à mesure qu'il s'approchait de l'immeuble, le vent forçait, jusqu'à souffler en tempête. Les plantes de ma terrasse (que vous verrez demain pour le jeu d'Isabelle) sont un peu dénudées...
Il a fait nuit...puis la pluie est arrivée...

DSC_3232-2 DSC_3234
DSC_3247 DSC_3243

Le déluge pendant plus d'une demi-heure. Les fenêtres sont étanches. Quelques coulures quand même. De la buée sur les vitres : la température a chuté de 10°. La visibilité est réduite, la flamme de la torchère de la raffinerie flotte dans le ciel.

DSC_3233 DSC_3237 DSC_3240 DSC_3241

Lorsque l'on regardait à travers les fenêtres, on avait l'impression de se retrouver dans la voiture quand elle passait dans les rouleaux du lavage automatique. Situation dans laquelle j'adorais être enfant : si jamais l'eau entrait à l'intérieur...toute une aventure...

La foudre craque, les éclairs. Puis l'orage s'éloigne doucement vers la mer.
Il est temps de partir à la fête de la Saint Georges organisée à la base militaire. Le concours de saut d'obstacle à cheval a été annulé. Mais pas le dîner. J'ai sorti mes bottes, et mon imper breton ? l'ai-je apporté ?